Les symptômes urinaires

L'impériosité mictionnelle

Elle se caractérise cliniquement par une sensation de besoin urinaire intense qu'on appelle sensation de miction impérieuse, avec un risque imminent de fuite urinaire si elle n'est pas satisfaite. Cette impériosité mictionnelle peut parfois s'accompagner de pertes d'urines, le plus souvent incontrôlables. Il s'agit d'une incontinence urinaire par impériosité.

 

La pollakiurie

C'est l'augmentation de la fréquence des mictions pendant la journée (pollakiurie diurne) ou pendant la nuit (pollakiurie nocturne).
Pour définir une pollakiurie, il faut d'abord se renseigner sur le volume de boisson du patient car, évidemment, le nombre de mictions varie en fonction de ce volume.

 

La dysurie

C'est la difficulté à déclencher la miction, associée ou non à une difficulté à uriner se traduisant par un jet urinaire discontinu et/ou de faible pression. Le plus souvent, elle donne le besoin de contracter les muscles abdominaux (poussée abdominale, nécessité éventuellement d'une poussée manuelle) pour assurer le vidage vésical.

 

La sensation de vidage vésical incomplet

C'est l'impression de ne pas avoir vidé complètement sa vessie après une miction.

 

L'incontinence urinaire

Il s'agit de la perte d'urine provoquée par une impériosité déjà décrite ci-dessus ou qui se manifeste par des pertes urinaires insensibles qu'on ne remarque qu'en allant aux toilettes et en retrouvant ses sous-vêtements déjà mouillés.

 

Les infections urinaires

Celles-ci peuvent survenir de façon isolée ou bien se répéter fréquemment, surtout quand il existe un contexte de vidage vésical incomplet. Ces différents symptômes urinaires peuvent être isolés, mais ils sont le plus souvent associés entre eux. Ils peuvent survenir au cours d'une poussée de la maladie ou s'installer de manière insidieuse et progressive.

  • Les troubles urinaires peuvent être liés à une vessie hyperactive, c'est-à-dire une vessie avec des contractions involontaires qui apparaissent dès qu'une quantité d'urine normale, et parfois même peu importante, s'accumule dans la vessie. Une vessie hyperactive provoque le plus souvent des symptômes tels que la pollakiurie et l'incontinence urinaire par impériosité.
  • Les troubles urinaires peuvent également être en rapport avec une vessie rétentionniste, c'est-à-dire une vessie dont la vidange est incomplète à cause de la relaxation incomplète du sphincter, accompagnée ou non de troubles de la contractilité vésicale.

    Une vessie rétentionniste ou "en rétention" peut être responsable de dysurie et de pollakiurie, ainsi que d'infections urinaires à répétition : les résidus post-mictionnels persistants sont en effet source de multiplication bactérienne. L'infection urinaire qui en résulte peut se cantonner au début à la vessie (cystite) où elle peut se manifester par des brûlures en urinant, une pollakiurie parfois intense, des urines troubles. Elle peut aussi provoquer des infections au niveau rénal (pyélonéphrites) ou entraîner la formation de calculs (lithiases).
Les troubles infectieux sont malheureusement fréquents et doivent être signalés au médecin dès leur apparition, compte tenu des risques d'atteinte rénale.

 

Les symptômes urinaires de la Sclérose en Plaques peuvent être isolés mais, le plus souvent, ils accompagnent d'autres manifestations de la maladie telles que des troubles moteurs, sensitifs, oculaires ou vestibulaires.

En général, plusieurs symptômes urinaires sont présents en même temps ou peuvent se succéder progressivement. En réalité, les troubles concernant la vessie et le sphincter dépendent de la localisation des plaques de démyélinisation.

Quand ils sont associés à une poussée évolutive de la Sclérose en Plaques, ils peuvent, comme les autres signes neurologiques, régresser totalement. Malheureusement, le plus souvent ils persistent après la disparition de la poussée et même lors de la stabilisation neurologique.

L'association de troubles vésico-sphinctériens avec des troubles sexuels et des troubles ano-rectaux (constipation, pertes anales) est très fréquente.

Taille de la police
-
+
Outils

Glossaire sur la scl�rose en plaques

Dernière modification
le 22 novembre 2018