Conclusion

Les troubles urinaires sont très fréquents dans la sclérose en plaques et leur manifestation peut être très variable, tant du point de vue des symptômes que de leur évolution dans le temps.

Ils peuvent constituer un problème majeur surtout en cas de handicap moteur mais sont cependant contrôlables par une prise en charge spécifique à chaque symptôme.

Ces troubles urinaires sont d'ordre neurologique et doivent être signalés au médecin dés leur apparition pour qu'un bilan puisse être effectué et qu'un traitement adapté soit ainsi proposé. Celui-ci est d'autant plus rapide et efficace que la prise en charge est précoce.

La sclérose en plaques est une maladie neurologique connue depuis le siècle dernier.

Les troubles vésico sphinctériens ont été très longtemps sous estimés et malheureusement pris en considération en phase tardive et évoluée de la maladie.

Depuis une vingtaine d'années, et grâce à une meilleure connaissance du profil évolutif de la maladie, l'amélioration de la qualité de vie des patients est devenue une préoccupation constante des médecins, mais aussi des patients eux-mêmes. Un accent spécial a été porté aux troubles urinaires et aux troubles génito sexuels. Compte tenu de leur grande fréquence, de leurs répercussions sur la vie sociale et professionnelle et de leur retentissement psychologique, ceux-ci ne doivent pas être négligés, que ce soit par le neurologue ou le patient lui-même.

L'objectif est d'informer et de sensibiliser le malade, mais aussi tout le personnel médical soignant, à l'intérêt d'une prise en charge précoce de ces troubles.

Dr Maria Carmelita Scheiber-Nogueira
Neurologue—Lyon

Taille de la police
-
+
Outils

Glossaire sur la scl�rose en plaques

Dernière modification
le 22 novembre 2018