Quels sont les symptômes de la SEP ?

Les symptômes de la SEP dépendent des zones de démyélinisation, au niveau du cerveau et de la mœlle épinière touchées. De nombreuses fonctions peuvent être affectées.

Les premiers signes

Pour 85 % des patients, le premier épisode de destruction de la myéline (ou premier événement démyélinisant) se traduit par un déficit soudain et brutal, également appelé poussée.
Ce déficit peut-être varié dans sa localisation (trouble de la vue, de la sensibilité…), dans son intensité (les difficultés peuvent être plus ou moins importantes) ou dans sa durée (de 24 à 48 heures minimum, jusqu'à plusieurs jours).
Les différents déficits et troubles peuvent s'installer de façon définitive ou disparaître.

Les symptômes des poussées

Les troubles sensitifs : ces troubles sont provoqués par une atteinte des nerfs qui véhiculent les messages de la sensibilité dans tout l'organisme. Ils sont très fréquents et se manifestent par des symptômes de type fourmillements, picotements, sensation d'écoulement d'eau chaude ou d'eau froide sur le corps, peau cartonnée.

Les troubles visuels : très fréquents, ils correspondent à une souffrance du nerf optique. Le patient présente une baisse de la vue, parfois accompagnée de douleurs lors de mouvements du globe oculaire. Il peut s’agir d'une vision floue ou de troubles de la perception des couleurs, le plus souvent au niveau d'un œil.

» Voir simulateur

 

Les dysfonctions motrices : elles correspondent à l'atteinte des nerfs qui commandent les différents membres. Cette atteinte peut concerner les jambes ou les bras. Cela peut aller de la légère maladresse à la paralysie totale. La marche est très souvent perturbée. Elle peut être irrégulière ou saccadée ou bien ralentie avec des petits pas.

» Voir simulateur

 

Les troubles vésicaux : ces symptômes se manifestent par des troubles du contrôle urinaire. Cela comprend des envies fréquentes d'uriner (pollakiurie), ou des fuites urinaires ou bien encore une mauvaise vidange de la vessie pouvant conduire à des infections urinaires.

 

Simulateur


Les symptômes chroniques

Les différents symptômes apparus au moment d'une poussée peuvent laisser des séquelles. Par ailleurs, un certain nombre d'autres signes peuvent s'installer.

Les troubles intestinaux : la constipation est le symptôme digestif le plus fréquent dans la SEP. Les incontinences existent mais sont plus rares.

Les troubles sexuels : Ces troubles sont fréquents. Ils peuvent aller de la perte de l'envie sexuelle, appelée libido, jusqu'à l'impuissance ou la frigidité.

La douleur : Elle n'est pas toujours présente. Le plus souvent, elle est liée à des contractures musculaires. Parfois, certaines douleurs sont directement liées aux lésions des nerfs sensitifs.

La fatigue : la fatigue est une plainte fréquemment signalée par les patients atteints de SEP. Elle est parfois intense, obligeant les patients à organiser leurs journées en se ménageant des plages de repos. Elle n'est pas liée à la gravité des handicaps présentés par le patient.

La dépression : Au cours de la SEP, différentes perturbations de l'humeur des patients ont été décrites. Elles ne sont pas systématiques, mais un syndrome dépressif peut apparaître.

Les troubles cognitifs : Différents troubles peuvent apparaître. Il peut s'agir de troubles de l'attention, de la mémorisation ou du dynamisme intellectuel. Ils peuvent exister dès le début de la maladie. A ce stade ils sont souvent très discrets et ils n'ont pas de retentissement sur les activités de la vie courante.

Fig. 4 : Les symptômes de la SEP
Taille de la police
-
+
Outils

Glossaire sur la scl�rose en plaques

Dernière modification
le 22 novembre 2018