Comment évolue la SEP ?

La SEP peut s'exprimer différemment d'un individu à un autre.

L'évolution globale de la SEP est le résultat de deux types d'événements : d'une part, la succession des poussées et de leurs séquelles et d'autre part d'une aggravation progressive de la maladie en dehors de phénomènes de poussées.

A l'annonce du diagnostic, la majeure partie des patients s'interrogent sur la vitesse d'évolution de la maladie. Mais, actuellement, il n'est pas possible de prédire l'évolution de la maladie.

1er évènement démyélinisant

Au début de la maladie, dans la majorité des cas, les symptômes apparaissent brutalement, sous forme d'épisodes temporaires, sans aucune cause identifiable.

Les symptômes les plus fréquents sont les troubles de la sensibilité (30 %), les troubles de la vision et les troubles moteurs (20 %).

Les troubles de la sensibilité peuvent être subjectifs, avec des sensations de picotements de "fourmis", de douleurs. Ils peuvent également être objectifs avec de réels déficits de la perception du toucher.

Les troubles visuels peuvent se manifester par une vision floue ou double, des douleurs ou une altération de la vision des couleurs.

Les troubles moteurs peuvent être complets avec des paralysies ou partiels avec des difficultés à réaliser certains mouvements.

L'apparition d'une nouvelle poussée constitue la SEP cliniquement définie

La 2ème poussée survient dans les 2 premières années chez 50 % des patients.

La poussée est définie par l'apparition de nouveaux symptômes, l'aggravation de symptômes existants ou la réapparition d'anciens symptômes durant plus de 24 heures sans fièvre. Elle s'installe en quelques heures ou jours.

Après une phase de stabilisation, les symptômes s'améliorent en quelques jours ou semaines, il s'agit de la rémission. Avec le temps la récupération peut-être totale ou partielle.

Les types évolutifs de la SEP

La classification actuellement retenue dépend de l'évolution d'ensemble de la maladie. Elle distingue 3 principaux types évolutifs :

  • La forme récurrente-récidivante, dite aussi rémittente : le patient présente des poussées suivies de récupération. Cette récupération peut être complète ou partielle.
  • La forme secondairement progressive : le patient présente d'abord une période rémittente. Ensuite, l'aggravation se fait progressivement, sans qu'il y ait de déficit brutal.
  • La forme progressive d'emblée : dans cette forme, le patient présente des déficits qui s'installent progressivement et insidieusement, sans que le début des troubles soit facile à identifier. Cette forme représente environ 15 % des formes de SEP.
Evolution de la SEP

 

Formes évolutives de la SEP

 

A : La forme récurrente-récidivante, dite aussi rémittente
B : La forme secondairement progressive
C : La forme progressive d'emblée

Taille de la police
-
+
Outils

Glossaire sur la scl�rose en plaques

Dernière modification
le 22 novembre 2018