Comment diagnostique-t-on la SEP ?

Le 1er évènement démyélinisant

Dans 85 % des cas, une SEP débute par une poussée qui va régresser. La durée du déficit peut être brève et celui-ci peut parfois passer inaperçu. Il est pourtant important de consulter au moindre doute.

En effet, dès le premier épisode évocateur de SEP, les lésions au niveau du système nerveux peuvent permettre de poser un diagnostic et de débuter un traitement. La mise en place d'un traitement peut permettre de ralentir la progression de la maladie et retarder l'installation d'un handicap.

L'examen clinique

L'objectif de l'examen clinique est d'objectiver les systèmes atteints. Pour ce faire, le médecin cherche à reconstituer l'ensemble de l'histoire des différents symptômes qui ont pu apparaître et disparaître.

Il réalise d'abord un examen clinique complet pour identifier d'éventuels troubles de la vision, de la sensibilité…

Ainsi, il teste la motricité des membres en faisant bouger, marcher, faire demi-tour et vérifie la symétrie des muscles du visage.

Pour la sensibilité, il vérifie le bon fonctionnement des sensations de toucher, de chaleur, de froid, de piqûre… et l'ensemble des réflexes, à l'aide du marteau à réflexes.

Reflexe Reflexe

 

Par ailleurs, pour affirmer son diagnostic, le médecin demande un certain nombre d'examens complémentaires tels que l'IRM et parfois une ponction lombaire.

L'IRM

—Qu'est ce que l'IRM ?

L'IRM est un examen radiologique indolore qui permet de voir le système nerveux en coupe. L'appareil utilise un champ magnétique pour réaliser les photographies de l'intérieur de votre corps et non pas des rayons X comme pour les radiographies standards ou le scanner.

Parfois, pour mieux visualiser certains tissus de l'organisme, le radiologue injecte un produit de contraste grâce à une perfusion.

—A quoi sert l'IRM ?

L'IRM permet de visualiser les lésions du SNC (Système Nerveux Central).

Cet examen permet de visualiser les lésions récentes mais également des lésions anciennes qui ont pu passer inaperçues.

—Comment se passe l'examen ?

L'examen ne nécessite aucune préparation ou prémédication.

Avant de faire l'examen, il est nécessaire d'enlever tout objet métallique qui pourrait perturber le champ magnétique. Il est demandé au patient d'ôter bijoux, barrettes à cheveux…

L'IRM se présente comme un gros tunnel. Pendant l'examen vous êtes confortablement installé sur un lit d'examen qui pénètre dans le tunnel. Ensuite, la machine va enregistrer les signaux et nécessite pour cela une immobilité complète. L'examen peut durer de 30 à 60 minutes, il est totalement indolore et le bruit de tam-tam que fait la machine est inoffensif. Pendant toute la durée de l'examen vous n'êtes pas seul : derrière les vitres, l'équipe médicale vous voit et vous entend.

 

La ponction lombaire

Elle n'est pas systématique du fait des progrès de l'imagerie avec l'IRM.

—Comment se passe l'examen ?

L'examen se passe en clinique ou à l'hôpital. Le patient est en général assis au bord de la table d'examen, penché vers l'avant. Le médecin fait d'abord une anesthésie de la peau. Ensuite, il va introduire une aiguille tout en bas de la colonne vertébrale, là où il n'y a pas de risque de toucher la mœlle épinière. Il va alors prélever le liquide qui est présent : le liquide céphalo-rachidien.

Ponction lombaire

 

—A quoi ça sert ?

L'analyse du liquide céphalo-rachidien permet de doser un certain nombre de substances liées à l'état immunitaire du patient. Elle permet de rechercher d'autres pathologies qui pourraient avoir les mêmes signes que la SEP au début de la maladie.

Les autres examens

D'autres examens permettant d'enregistrer le fonctionnement électrique des nerfs peuvent être réalisés. Il s'agit des potentiels évoqués. Les potentiels évoqués permettent de détecter des atteintes de nerfs qui ne sont pas exprimées cliniquement.

Les potentiels évoqués sont des réponses des voies nerveuses et du cerveau enregistrées à la suite d'une stimulation. Les plus étudiés sont les potentiels évoqués auditifs du tronc cérébral.

Les potentiels évoqués auditifs sont provoqués à l'aide d'écouteurs émettant un son bref qui stimule la cochlée de l'oreille interne. La cochlée est la structure qui transforme le message sonore en signal nerveux. Le signal est capté par des électrodes placées sur le cuir chevelu et les lobes des oreilles. Au niveau neurologique, ces tests permettent d'évaluer la fonction des voies neurologiques de la transmission des sons.

Avec l'amélioration des performances de l'IRM, ils sont de moins en moins réalisés.

Taille de la police
-
+
Outils

Glossaire sur la scl�rose en plaques

Dernière modification
le 22 novembre 2018